Opotiki beach

Lieu: Opotiki, NZ   Heure locale: 14h24  Mission: Promenade en vélo  Coût de la mission: 50$

Chloé : « Prends tes cannes, on sait jamais »

Moi: « Mais non, c’est bon j’irai plus tard »

Raaahaaaahhhh l’erreur.. j’aurai dû l’écouter. Après 30 minutes de vélo en longeant la mer par la piste cyclable, voilà que je vois une quarantaine de mouettes, fous de bassan et autres bébêtes à plumes en train de se faire un festin de poissons à quelques mètres de la plage, des explosions en surface, des taches noires dans les vagues… Chloé avait raison, mes cannes auraient dû être dans mon sac (au cas où). Alors le dilemme arrive, que faire?

Réponse A: Je fais demi tour en direction de notre campement pour reprendre une canne et abandonne Chloé à son triste sort

Réponse B: Je continue la balade prévue à la base

Si je vous dit réponse B, je vais perdre la moitié de l’auditoire, et de toute manière dans la réalité des faits, j’ai choisi la réponse A…  étonnant n’est-ce pas ?

SONY DSC

Je ne l’ai pas vu faire, mais j’ai imaginé les yeux de Chloé, levé vers le ciel en ce disant « il me fatigue »… pas eu le temps de voir ça parce que j’étais déjà sur le chemin du retour, tête dans le guidon, casquette à l’envers, et un bout de carton dans les rayons pour faire le bruit de la moto comme quand j’étais petit (non ça c’est pas vrai c’est un vélo de location je n’aurai pas osé…).

Enfin mes amis pêcheurs vont me comprendre, mais voir une chasse à distance de lancer, c’est frustrant quand on a pas de canne.

Dérapage controlé sur le sable, ou presque, me voilà en train de courir dans l’eau pour prendre un de ces poissons si affamé. La Diablo est une excellente lanceuse, j’en profite pour balancer au delà de la chasse. C’est pendu !

SONY DSC

La chasse avec au 42 ème plan, White Island et son petit volcan qui fume.

Chloé m’avait lâchement abandonné pour continuer sa balade en vélo (Aïe, rooooh  je rigole, je dit ça pour l’article, Aïeuuuuh, bon d’accord c’est moi le lâche), elle m’a rejoint une heure et demie après, et a réussi à faire de beaux clichés.

SONY DSC

J’ai enchainé durant près de deux heures une vingtaine de Kahawai, je dirais entre 35 et 60 cm, décroché une dizaine avec leurs fameux sauts, c’était magique.

SONY DSC

Un poisson dans les mains, mais déjà envie d’en prendre un autre

Pendu, ah non décroché, ah c’est bon un autre, ooooh merde il s’est décroché aussi, aaaaaah non un autre, je ne vous fait pas de dessin, mais c’était à peu près ça durant deux heures.

SONY DSC

SONY DSC

J’étais rincé, la chasse a suivi la côte sur 2km, j’ai couru, bu la tasse, pédalé comme un fou dans la sable, sauté au dessus des vagues, re-bu la tasse mais c’était génial, vraiment. Tout seul sur une plage de Nouvelle Zélande, à crier à chaque touche, à chaque décroche. J’en tremblais je crois.

SONY DSC

Un des derniers Kahawai que j’ai pris durant cette après midi là, j’aurai voulu continuer encore et encore, mais j’étais à bout de force. Pour la petite histoire, le soir même, on reçu un message de notre « contractor » pour nous annoncer que l’on travaillait le lendemain matin à 8h après 3 jours de repos. Oui oui, j’ai des crampes partout et je vais ramasser des kiwis durant 8 heures, ok d’accord, je vais me coucher.

SONY DSC

Voilà les quelques leurres qui marchent ici sur le Kahawai, Orpoi Megabass, BladeX Megabass, Asturie 150, Aomasa 148f, quasiment tout en surface ou sub-surface, le pied !

Un Kahawai fait à l’instant dans la rivière  😉

SONY DSC

See you soon,

François

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s